Association Nationale d'Intervention pour le Mieux-être des Animaux

Retrait de Chats Canada Cats à la cause ANIMA-Québec

Nous avons reçu une missive concernant l’implication de Chats Canada Cats à la cause d’ANIMA-Québec et plus particulièrement au processus qui vise à établir une certification modifiée afin de répondre aux nouvelles réalités des éleveurs, des règlementations municipales et provinciales ainsi qu’à l’acceptation sociale du mieux-vivre ensemble dans l’écosystème animalier.

Chats Canada Cats, depuis la mise en place du programme de certification, a été d’une grande valeur et certains de ses membres ont investi énergie et expérience dans son élaboration initiale. Comme toute homologation ou certification, les critères doivent être adaptés à l’évolution de la société et aux nouvelles règlementations qui ont beaucoup évolué au cours des 7 dernières années.

ANIMA-Québec a pris soin de faire le point avec l’ensemble des intervenants au cours de l’année 2019 pour constater que l’application des normes reliées à la certification devait évoluer afin de s’adapter à de nouvelles réalités et les éleveurs de chats avaient aussi des griefs importants dans l’application des normes. Nous avons comme défi de sortir les éleveurs responsables de la clandestinité règlementaire de certaines villes et ce par notre programme de certification. L’acceptation sociale, les règles de santé publique, la responsabilité du bien-être animal, le respect du mieux-vivre ensemble dans une communauté doivent guider nos orientations futures. C’est dans ce cadre qu’ANIMA- Québec a regroupé des éleveurs félins et Chats Canada Cats pour identifier des solutions à ces défis et d’y répondre à l’intérieur d’une certification responsable et qui sera acceptée par les villes du Québec comme guide règlementaire. Ainsi, les membres de Chats Canada Cats et non-membres d’ANIMA-Québec ont exprimé leur opinion et leur expérience pour établir le guide de la nouvelle certification. Mais l’exercice nous a fait voir aussi une grande disparité de pratique et une évaluation différente des défis, les milieux urbains et ruraux n’ayant pas les mêmes enjeux.

Le groupe réuni a démontré des écarts importants dans la vision de l’application des normes, mais nous avons maintenu un dialogue constructif qui nous a permis d’établir un certain consensus. Même si ce travail était quelques fois ardu, nous réussissions à établir une communication qui nous permettait de faire avancer les critères. Les critères que nous émettrons à compter de septembre 2020 permettront de mieux encadrer la pratique de l’élevage mais d’obtenir un engagement éthique des éleveurs d’ANIMA-Québec pour le respect du mieux vivre ensemble et du bien-être animalier tant au niveau de l’hébergement mais aussi des conditions de reproduction.

ANIMA Québec vise à sortir de la clandestinité les éleveurs responsables et à leur donner voix pour le bien-être animalier, mais aussi à fédérer l’ensemble des éleveurs à rassurer la population sur les meilleures pratiques et de rassurer les municipalités sur la robustesse de notre certification quant au respect du mieux vivre ensemble sur un territoire. Nul doute que nous aurons besoin de la population pour atteindre nos objectifs. La multiplication des usines à chiots et chats est le résultat de cette clandestinité. La certification permettra aux éleveurs responsables de pratiquer leur passion en collaboration avec l’ensemble de la communauté.

De plus, nous entendons défendre les droits de nos membres qui respectent la certification contre des règlements qui nous paraissent en non-conformité avec l’objectif d’une gestion responsable de l’écosystème animalier sur un territoire donné. Notre leadership en la matière sera mis de l’avant pour éduquer, informer et former pour assurer le vivre ensemble avec les animaux en respectant des critères d’éthique et des normes de pratique responsable.

Le départ de Chats Canada Cats nous attriste, mais nous reconnaissons que les membres qui sont en désaccord avec l’orientation d’ANIMA-Québec ont le droit de l’être et nous respectons ceci. Les associations sont des organismes avec des intérêts particuliers et nous reconnaissons le travail qu’ils effectuent. Malheureusement, cette dissociation démontre la difficulté de rassembler le milieu animalier autour d’un point commun, soit le bien-être animalier. Cette mission est difficile puisque cette valeur est intangible et lorsque nous devons y apposer des normes, les opinions divergent et les passions s’élèvent. Malgré tout, ANIMA-Québec maintiendra sa mission et déploiera ses capacités d’interventions au cours des prochains mois pour s’assurer du bien-être des animaux sur l’ensemble du territoire du Québec.

Nous sommes désolés que Chats Canada Cats se retire du débat, mais nous souhaitons que la cause du bien-être animalier nous réunisse éventuellement sur d’autres plateformes. Merci à Mme Caroline Gamache pour sa collaboration qui fut grandement appréciée.

Nous vous invitons à consulter notre site Web au cours des prochaines semaines pour prendre connaissance des nouvelles applications des normes d’ANIMA-Québec et des villes qui souscrivent à la certification pour émettre un permis.

Également, nous invitons les éleveurs qui désirent faire la différence à s’informer sur notre programme de certification.

Jean-Marc Léveillé, Fellow CRIA
Président du Conseil d’administration